Visite au Mali de la Directrice exécutive des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme: Le Ministre de la Sécurité et de la Protection civile fait le point des initiatives maliennes dans le domaine

Le Général de Division Salif Traoré a reçu en audience, ce mardi 30 octobre 2018, la Directrice exécutive des Nations Unies pour la Lutte contre le terrorisme, Madame Michèle Coninsx, en mission officielle au Mali.

De prime abord, la Directrice exécutive a indiqué que son organisation intervient essentiellement dans l’évaluation des menaces terroristes dans les 193 pays du monde entier. Pour sa sixième visite en Afrique, Madame Coninsx tenait à rassurer le Ministre de la Sécurité et de la Protection civile de l’entière disponibilité des Nations Unies pour appuyer les efforts du Mali dans la lutte contre le terrorisme.

Tout en saluant la mise en place de la Brigade spéciale Investigations, la Directrice exécutive s’est particulièrement intéressée à l’état de la menace au Mali qui fait face à un énorme défi sécuritaire. Entre autres points évoqués, le déploiement des équipes techniques du département de lutte contre le terrorisme, Interpol, la chaîne pénale, l’épineuse question du respect des droits de l’Homme le renforcement de la biométrie comme garantie de contrôle des mouvements transfrontaliers.

Pour sa part, le Général Salif Traoré s’est dit totalement disposé à accompagner la démarche onusienne de lutte contre le terrorisme qui du reste, demeure un problème global dans la bande sahélo-saharienne en proie à une insécurité grandissante. Bien que les forces de sécurité aient un rôle essentiel à jouer dans ce processus, l’éradication du terrorisme ne saurait se limiter, selon le Ministre Traoré, à leurs seules actions sur le terrain. C’est pourquoi, le Plan de sécurisation intégré des régions du Centre (PSIRC), prend en compte en du volet sécuritaire, ceux de la Gouvernance ; du Développement socioéconomique et de la Communication. Quelques initiatives des autorités maliennes ont été soulignées par le Général Salif Traoré. Ainsi, en plus du Pôle judiciaire spécialisé soutenu par la Brigade spéciale d’Investigations, le Ministre a mis l’accent sur la Loi d’Orientation et de Programmation militaire (LOPM) ; la Loi de Programmation de la Sécurité intérieure (LPSI) et les Forces spéciales antiterroriste (FORSAT) dont les impacts sont tangibles sur le terrain. Une des innovations serait également la création très prochaine de représentations régionales de la Brigade spéciale d’Investigation. A terme, cette mesure permettra de rapprocher les enquêteurs des scènes de crime des attentats terroristes. Toute chose qui faciliterait la judiciarisation des actes terroristes par des enquêtes promptes et efficaces. De nombreuses autres dispositions sont également engagées avec la mise en place d’une vidéosurveillance urbaine, d’une Cellule de Renseignement et Fusion au Ministère de la Sécurité et de la Protection civile sans compter le déploiement permanent des forces de sécurité dans les villes.

La question des combattants étrangers n’aura également pas été éludée, au contraire, elle constitue selon le Général Traoré un facteur aggravant des risques terroristes dans la bande sahélo-saharienne. Quant au respect des Droits de l’Homme, le Ministre a précisé que des modules sont insérés dans la formation des forces de sécurité à tous les niveaux. C’est la raison pour laquelle, « l’Etat ne sera nullement disposé à protéger ceux qui sortent du cadre qu’il aura fixé pour le respect des Droits de l’Homme », a insisté le Général avant de souligner le besoin d’appui constant en matière de renseignement pour mieux relever défi de l’anticipation. Cela est d’autant plus indispensable qu’« aucun Etat n’est à l’abri du du terrorisme », a conclu le Ministre de la Sécurité et de la Protection civile dont l’approche pluridisciplinaire initiée au Mali, a été hautement appréciée par la Directrice exécutive des Nations Unies pour la Lutte contre le terrorisme, Madame Michèle Coninsx.

Show Buttons
Hide Buttons