Atelier régional de lutte contre les stupéfiants

Les experts d’une dizaine de pays africains planchent sur la problématique

Les rideaux sont tombés le jeudi 03 octobre 2019 sur les travaux de l’atelier sur la coopération sous régional en matière du trafic illicite de stupéfiants qui se tenait à l’école du Maintien de la Paix.

 Durant trois jours,  les chefs de services chargés de la lutte contre le trafic des stupéfiants du Burkina Faso, de la Cote d’ivoire, de la Guinée Conakry, du Mali et du Niger et le Sénégal et les experts de l’ONUDC, de l’OCRTIS France, de l’Institut pour les Etudes de Sécurité, de l’Institut de Sécurité Maritime Interrégional d’Abidjan, du Secrétariat permanent du G5 Sahel et de l’Interpol ont échangé sur l’amélioration des échanges de renseignement pour une lutte efficace contre  le trafic de drogue.

Au cours de cette conclave, les débats ont démontré la nécessité de renforcer la coopération inter agence  à travers les échanges de renseignements pour faire face à la vulnérabilité des Etats qui sont de plus en plus menacés par les activités criminelles.

Des recommandations fortes comme la signature des mémorandums d’entente entre pays pour le partage d’informations, la création et l’équipement des postes de frontières juxtaposés en vue du renforcement des contrôles aux frontières terrestres pour faire face à la vulnérabilité.

Rappelons que la cérémonie d’ouverture de cette réunion avait été présidée par le Général de Division Salif TRAORE, Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile en présence de l’ambassadeur de France au Mali son excellence Joël Meyer et de la première conseillère de l’ambassade des USA Madame Silvia EIRIZ. Cet atelier co organisé par l’Office Central des Stupéfiants, l’ambassade de France, l’ambassade des USA en partenariat avec la MINUSMA et EUCAP Sahel fait suite à une précédente rencontre tenue en mois de mars dernier. Pour la pérennisation des acquis de ces ateliers, rendez-vous a été pris à Niamey pour une évaluation au premier trimestre 2020.