Sécurisation de l’élection présidentielle du 29 juillet: Quand la Commission sécurisation des élections rassure les Maliens sur la tenue de la présidentielle prochaine

Le mardi 29 mai dernier, la Commission de sécurisation des élections au Mali, a animé une conférence de presse technique dans la salle de conférence du Ministère de la Sécurité et de la Protection civile, articulée autour des dispositions prises pour la tenue d’une élection présidentielle apaisée. Il ressort de cette rencontre avec les médias tout une gamme de mesures pour sécuriser le vote pour l’élection du Président de la République. Selon le vice-président, le Conseiller technique Bakoun Kanté, plus des 11 000 hommes des forces de défense et de sécurité seront déployés sur toute l’étendue du territoire national. D’ores et déjà, la Commission de sécurisation des élections est à pied d’œuvre pour relever le défi sécuritaire où qu’il surgisse.

A la suite de la conférence de presse, le Général de Division Salif Traoré a, dans une interview accordée à l’Office de Radio Télévision du Mali (ORTM), passé en revue, les efforts consentis par son département dans le cadre du processus électoral actuel.

Le Ministre Traoré a fait observer que la mise en œuvre du plan de sécurisation intégré des régions du centre (PSIRC) commençait déjà à faire des effets. Avec l’équipement et la projection des forces de sécurité à l’intérieur des régions de Ségou et Mopti, ce plan permettra dans une large mesure, de diminuer la survenue des incidents et autres actes terroristes dans ces régions. Partant, il contribuera incontestablement à la tenue du scrutin dans les localités autrefois en proie à l’insécurité.

A titre de rappel, le PSIRC est le fruit d’un long travail en profondeur dans les régions concernées. Toute chose qui justifie son ancrage sur quatre piliers essentiels que sont la Sécurité, le Développement local, la Gouvernance et la Communication.

Sollicitant comme à l’accoutumée la pleine collaboration des populations dans le processus de recherche de solutions à l’insécurité dans notre pays, Le Général Salif Traoré confiera que « pour ce scrutin, nous n’avons pas d’alternative.» C’est pourquoi, « il faut le tenir et bien le tenir pour le bonheur de tous les  Maliens », a-t-il précisé.

Au regard des opérations en cours et de celles envisagées à travers le pays, en partenariat avec les forces internationales amies présentes au Mali, l’espoir est pleinement permis pour la tenue d’une élection présidentielle apaisée.

Show Buttons
Hide Buttons