Rencontre du Ministre de la Sécurité et de la Protection civile avec les radios privées: Zoom sur la sécurisation de l’élection présidentielle

La tradition a été une fois de plus respectée par le Général de Division Salif Traoré qui s’est rendu le lundi 09 juillet à la Radio Télévision Futurs Médias (RTFM) pour s’entretenir avec les radios privées.

Au centre des débats, la sécurisation de l’élection présidentielle, le plan de sécurisation intégré des régions du centre, le recrutement et la police technique et scientifique. Face aux préoccupations exposées, le Général Salif Traoré a passé en revue les dispositions engagées pour sécuriser l’élection du 29 juillet 2018. Aux termes des clarifications du ministre Traoré, l’Etat du Mali dispose d’environ 30 000 hommes des forces de défense et de sécurité. Comme annoncé dans les communications précédentes, les effectifs des forces de sécurité étaient estimés à 11 000 hommes, auxquels s’ajoutent maintenant 13 000 autres de l’armée et ceux des groupes armés signataires de l’accord pour la paix et la réconciliation qui se sont engagés à sécuriser la tenue de l’élection dans leurs secteurs d’opérations, sans compter également les forces partenaires de Barkhane et de la MINUSMA.

Une des innovations de cette élection est bien la mise à disposition, par la commission nationale de sécurisation des élections (CNSE), des gardes du corps pour tout candidat désireux de bénéficier d’une garde rapprochée. A ce niveau, nombre de candidats ont  déjà manifesté par demande officielle, leur intérêt pour cette mesure innovante de la commission.

S’agissant du plan de sécurisation des  régions du centre (PSIRC), le Ministre de la Sécurité et de la Protection civile a fait observer qu’une opération militaire dénommée DAMBE qui s’inscrit exclusivement dans le cadre du renforcement du PSIRC est actuellement en cours et fait des prouesses.

Les recrutements au sein de la police nationale et de la Protection civile, s’effectuent actuellement à un rythme régulier suivant les dispositions de la loi de programme de la sécurité intérieure qui va de 2017 à 2021. Il importe dans ce processus de faire moins place au social pour permettre un recrutement de qualité. Aussi, l’enquête de moralité serait une phase indispensable pour tout recrutement.

Avec le renforcement des effectifs, le département de la sécurité entend obtenir un maillage plus poussé du territoire dans le but de se rapprocher davantage des populations.

Réagissant aux dénonciations de corruption d’une certaine opinion contre la police, le ministre a rappelé le rôle déterminant que la presse devrait pouvoir jouer pour juguler ce phénomène. La corruption étant une infraction à double sens, le corrompu et le corrupteur demeurent tous deux répréhensibles par la loi. Ce faisant, le défi à relever est tant du côté de la police que de celui des citoyens dont le comportement face à la force publique doit être exemplaire.

Tout en exhortant les hommes de médias à plus de clairvoyance dans le traitement de l’information en cette période pré-électorale, le Général de Division Salif Traoré a souhaité la tenue d’une élection présidentielle apaisée car selon lui, ‘’une élection doit être vécue comme une fête, celle de la démocratie.’’

 

Show Buttons
Hide Buttons